Quand par hasard me frôle ce parfum
Je sens ton corps tout près du mien
J’entends ton souffle, j’attends tes mains
Je croise ton regard sous mes paupières

L’image de nos nuits éphémères
Papillonne au creux de mes reins
Et les frissons du bout de mes seins
Cherchent à tâtons tes baisers lointains.